Été 2017

La techno qui change tout : InfoComm 2017


Une célébration audiovisuelle et numérique de solutions intemporelles

Tech that makes a difference at InfocommLes fêtes arrivent tôt en juin pour les fanas d’électronique avec cet énorme cadeau qu’on appelle l’InfoComm. Et l’édition de cette année avait tout pour plaire. L’événement a encore fracassé des records alors que plus de 1 000 exposants et 40 000 participants venus de 100 pays ont arpenté 545 000 pi2 de salles d’exposition et 24 salles réservées aux démonstrations acoustiques. L’atmosphère était torride à l’Orange County Convention Center d’Orlando où le monde de la techno a convergé pour y passer quatre jours de feux d’artifice audiovisuels.

Voyons voir les présents qui nous attendaient sous l’arbre d’InfoComm 2017. La gamme colorée de nouveaux produits novateurs donnera le ton au reste de l’année et inspirera le magasinage des fêtes !

La réalité virtuelle est là pour de bon

La réalité virtuelle (RV) a pris beaucoup de vitesse sur les circuits du marketing en 2016 grâce à de grands pilotes comme Google et Facebook, mais c’est en janvier dernier qu’elle a vraiment mis toute la gomme lors des événements de marketing expérientiel de CES et PCMA. C’est encore récent, mais la RV a évolué rapidement pour devenir une solution technologique de base pour plusieurs industries. À l’InfoComm 2017, dans la bien nommée présentation « Expérience de technologie immersive », la RV a démontré ses vastes et très concrètes possibilités appliquées à de nombreux secteurs intégrés comme la santé, l’éducation, l’architecture, la sécurité publique et bien d’autres encore.

Freeman a offert de nombreuses démonstrations de RV et des visites virtuelles, dont des présentations spectaculaires incluant une simulation de vol de chasseur à réaction et une visite sensorielle d’une combinaison spatiale de la NASA combinée à une simulation incroyablement réaliste d’une sortie dans l’espace par un astronaute. Ces expériences virtuelles ont révélé le potentiel pour des formations très efficaces et sûres qui pourraient coûter bien moins cher et remplacer les simulations physiques. De plus, certaines présentations de VR offraient des solutions pragmatiques comme un appartement européen de qualité photoréaliste pour les architectes et les concepteurs. La virtualité n’avait pas de limites à la conférence et ces présentations ont attiré des centaines de participants dont l’imagination s’est enflammée.

La réalité augmentée, la petite cousine de la RV et amie des Pokémon, a aussi brillé de tous ses feux à l’InfoComm. On a vu entre autres une version par Microsoft de la nouvelle HoloLens qui montrait des modèles 3D optimisés de l’anatomie humaine, du cœur humain et un appareil IRM. Ses utilisateurs se retrouvaient immergés dans des mondes inconnus et découvraient en même temps son potentiel pour d’autres explorations médicales. Cette solution avait été conçue comme un cas parmi d’autres pouvant servir à améliorer les environnements de formation.

D’autres tendances qui nous branchent

Impossible de décrire toutes les affriolantes technologies de l’InfoComm 2017, même dans un livre de la taille de Guerre et Paix. Il y avait toutefois certaines tendances qui ressortaient du lot. Par exemple, plusieurs compagnies présentaient la distribution vidéo sur réseaux, ce qui n’est pas surprenant étant donné que les médias sociaux et la diffusion en continu sont devenus cruciaux pour les marques. Un signal vidéo de haute qualité sur un réseau peut aussi s’avérer intéressant pour des expositions, en signalisation numérique, dans des salles de réunion ou d’autres endroits.

Les projecteurs à focale ultra-courte utilisant des lentilles intégrées ou de nouvelles lentilles pour s’ajuster à des appareils existants étaient partout à l’événement, ainsi que les projecteurs d’éclairage au laser. Au moins trois exposants différents, soit Canon, Panasonic et UNC School of Media, ont présenté des lentilles à grand-angle capables de projeter des images sur un dôme pour créer des séances immersives de style planétarium. Du côté des technologies de sonorisation, les avancées les plus impressionnantes étaient axées sur différentes méthodes pour améliorer l’expérience des auditoires, comme le K-Array Anakonda, un nouveau format d’élément flexible pour relier une série de haut-parleurs.

Pour se pâmer encore plus sur l’audiovisuel : l’adoption de Dante, le câble qui fait tout, semble une forte tendance à l’horizon. Dante remplace les lourds et coûteux câbles analogiques ou multiconducteurs par des câbles de catégorie accessibles et peu coûteux ou de la fibre optique. Il intègre le multimédia et les commandes pour tout un système dans un seul réseau IP standard. Il peut facilement passer d’un tandem intégré console-ordinateur à d’énormes réseaux ayant des milliers de canaux audio. De plus, Dante utilise des routes logiques plutôt que des connexions point-à-point physiques, ce qui permet d’agrandir le réseau et de le reconfigurer en quelques clics.

Le son intelligent se fait entendre

Pour ce qui est de fusionner le son et l’image, la plus impressionnante technologie vient probablement de Sony. La compagnie a présenté une démo d’une nouvelle technologie de champ acoustique qui pourrait s’avérer très utile comme application sonore pour les exposants ou les séances d’affichage interactives. Trois écrans différents sur un mur diffusaient trois vidéos différentes. Une longue rangée de haut-parleurs surmontait les écrans, masqués derrière un grillage pour enceintes acoustiques. Quand le participant se déplaçait d’un écran à l’autre, le son des écrans voisins s’éteignait, même si la diffusion continuait. Lorsque la personne se tenait entre deux écrans, elle se trouvait dans une zone de silence où l’on n’entendait presque aucun bruit. Le présentateur pouvait aussi faire « bouger » le son dans la pièce en tapotant un diagramme sur sa tablette.

Ce produit de Sony n’est qu’un prototype, c’est vrai, mais les amateurs d’audiovisuel peuvent quand même célébrer. Une technologie parallèle a été offerte par plusieurs au moyen de Soundscapes Processing, qui tire parti de la psychoacoustique (pour déplacer en douceur le son dans un espace). Pour résumer, les sons suivent l’image sur un écran en fonction des spectateurs. Dans une démonstration, une vidéo d’une chanteuse jazz et de son groupe a émerveillé les spectateurs parce que chaque note fluctuait selon l’emplacement de l’auditeur. En fait, on aurait dit que le groupe était sur place !

En plus d’offrir des expériences immersives, cette nouvelle génération de systèmes sonores réduit la fatigue auditive et améliore vraiment l’attention — la chose la plus difficile à retenir depuis la révolution numérique. Voilà un cadeau que l’on chérira longtemps dans le marketing expérientiel.

À propos d’histoires…

L’InfoComm 2017 ne s’est pas limité à montrer de nouvelles technos. Les participants ont aussi eu droit à un aperçu des idées et des technologies qui s’annoncent et de la manière dont elles seront utiles aux milieux d’affaires. L’Innovation Showcase en était un bon exemple. Cette vitrine d’innovation faisait la promotion des cas les plus intéressants parmi les petits exposants et les entreprises en démarrage. L’événement a aussi lancé TIDE (Technologie. Innovation. Design. Expérience.), un événement avant-gardiste conçu pour explorer l’effet stratégique des technologies audiovisuelles et le rôle de l’industrie audiovisuelle dans le monde des affaires.

Des conférenciers remarquables ont attiré les foules durant l’InfoComm 2017. La conférence principale incluait Matthew Luhn, l’un des scénaristes des débuts chez Pixar, et Nonny de la Peña, un pionnier de la réalité virtuelle. Les deux hommes ont mis l’accent sur l’importance de raconter une histoire, même dans les secteurs très techniques et très intégrés verticalement. Avouons-le, plus que jamais, ce sont les histoires qui donnent de l’humanité à la révolution numérique. Et les humains récompensent largement les marques qui se montrent… humaines, justement !

En plus de ces inspirants conférenciers principaux, d’autres orateurs ont retenu l’attention, dont Nevin Steinberg, le concepteur sonore en nomination pour un prix Tony (Hamilton, vous savez ?) et Jason Crusan, directeur de systèmes d’exploration évolués à la NASA.

Optimiser l’audiovisuel pour le marketing expérientiel

Outre sa vitrine d’innovation, InfoComm 2017 était une formidable occasion pour les leaders d’opinion en devenir de s’exprimer, notamment par de courtes conférences. Une autre nouvelle initiative, Center Stage, permettait à des technologues, des utilisateurs, des chercheurs et de jeunes entrepreneurs de monter sur scène et de prendre la parole pour une période d’échange de 20 minutes. Les sujets allaient de la technologie environnementale à l’intégration du design dans divers domaines, dont la santé, le divertissement, l’éducation et le tourisme réceptif.

Il ne faudrait pas oublier non plus les nombreuses et fascinantes séances d’InfoComm. L’une des plus dignes de mention était le UCC State of the Industry Lunch and Learn, dont les panélistes visaient à améliorer l’expérience de l’auditoire. Ce sujet est vital pour notre industrie, alors qu’un panéliste mentionnait que seulement 4 % des sites de congrès du monde possèdent des fonctionnalités vidéo. Cela peut sembler ironique étant donné le lieu où cette affirmation a été prononcée, mais il y a là une incroyable occasion pour les gens de marketing et les fournisseurs d’audiovisuel de s’unir pour offrir de meilleures expériences.

InfoComm 2017 avait des cadeaux pour à peu près tout le monde cette année. Les solutions et les avancées technologiques présentées auront un effet positif dans toutes les industries actuelles et encore longtemps dans l’avenir.

Commentaires et Questions?